Le travail du journaliste

Que ce soit au sein d’une rédaction ou en tant qu’envoyé spécial, chaque journaliste commence sa journée par éplucher les journaux, sélectionner des sujets, prendre connaissance de l’actualité, assister aux comités de rédaction, le tout dans le but de définir les informations qui feront la une, les dossiers spéciaux, les entrevues à prévoir, etc.
La collecte d’informations se fait grâce à des interviews de personnes ciblées, à l’organisation de conférences de presse ou encore en participant à des manifestations. C’est un métier qui requiert un énorme travail de veille, de recherche et de prise de contact.
Une fois tous les éléments en main et avant de rédiger son article (ou son intervention radio ou télévisée le cas échéant), le journaliste vérifie ses sources ainsi que la fiabilité des informations recueillies afin de ne pas divulguer des éléments incomplets ou erronés à ses lecteurs. Il est le garant et le vecteur de la bonne transmission et de la bonne compréhension des informations par son public et de ce fait, peut bénéficier d’une position d’expert ou de référent.
Vient ensuite l’étape de la rédaction, rapide, claire et dans le respect du ton utilisé par le support. Il doit réussir à capter l’attention du lecteur rapidement. Le journaliste peut véhiculer une information neutre, mais il est aussi tout à fait en mesure de donner un avis, faire un commentaire ou une critique.
Enfin, il transmet ses articles à la rédaction pour l’édition et l’impression du support. La plume ayant été remplacée par l’ordinateur, on peut demander au journaliste de transmettre des articles prêts à être édités, à savoir déjà illustrés et mis en page (il lui faut donc connaître un peu la technique).

Le métier de journaliste est soumis à une déontologie stricte. Dès lors, il faut effectuer un important travail de recherche, multiplier ses sources et recouper ses informations. Pour obtenir certaines informations, il doit multiplier les contacts, relancer ses interlocuteurs, revenir à la charge jusqu’à obtenir des réponses à ses questions. La vérification des sources est primordiale avant toute diffusion : cela pourra lui éviter de possibles ennuis auprès des personnes concernées mais aussi auprès du commanditaire de l’article ou du reportage ! C’est surtout vrai dans le cas de la rédaction d’articles ou de reportages de fond sur des sujets brûlants.

On utilise le terme de reporter quand il se déplace sur le terrain, de chroniqueur ou de rubricard quand ses articles sont spécialisés dans un domaine particulier et même de critique pour certains d’entre eux : littérairedramatiquecinémamusicald’artgastronomique.

Il est éditorialiste ou billettiste, s’il doit mettre en avant une opinion, le plus souvent celle de son entreprise. Lorsque le journaliste effectue des enquêtes longues et approfondies sur des sujets difficiles, il est journaliste d’investigation.Au fur et a mesure on se rends compte que le vrai journalisme, celui d’investigation meurt peu à peu au profit de l’entertainment, l’establishment.