Censure & Libéralisme

Censure :

Avant le XVI, nous avions à faire à une information qui circulait principalement de façon manuscrite par des colporteurs et qui parlait majoritairement d’événements vraiment importants dans les différents villages ou de textes religieux. Puis, au XVIe siècle, ils parlent de meurtres, de viols, d’accidents. Ils sont racontés sous la forme d’un récit. Ce sont des journaux de très mauvaise qualité qui cherchent à étonner et mettent surtout en scène des femmes. Ils sont périodiques, mensuels, bimensuels voir hebdomadaires.

Dès la Renaissance et jusqu’aux XVIIème et XVIIIème siècles, une partie de l’information écrite était encore manuscrite, en particulier dans la presse clandestine. Des ateliers de copistes produisaient des journaux appelés « nouvelles à la main ».

Un journal très surveillé vu aussi le jour Relation un quotidien qui parlait de politique et qui par conséquent était très surveillé par les politiques.

La presse n’avait pas de liberté, le pouvoir pouvait décider à n’importe quel moment et pour n’importe quel motifs censuré du contenu ne respectant pas les moeurs de l’époque ou allant trop loin pour eux.

Les premières publications de l’histoire de la presse écrite furent non seulement les nouvelles manuscrites, mais aussi de minces brochures appelées occasionnels, des libelles, des placards (des sortes d’affiches) et des almanachs. Elles se limitaient souvent à de simples feuilles volantes vendues en librairie ou par colportage.

C’est vraiment au XIXème et XXème siècles qu’arrive l’essor de la presse écrite, avec l’industrialisation et des lois entrant en vigueur pour défendre la liberté de la presse et de la communication.

Moments majeurs :

En Grande-Bretagne, le Licensing Act de 1662 qui restreint la liberté de la presse n’est pas renouvelée lors de la Glorieuse Révolution britannique en 1695.

En France, le roi Louis XVI se montre favorable à la liberté de la presse lors de la Séance royale du 23 juin 1789 des états-généraux. L’article 11 de la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 a pour conséquence la parution de centaines de journaux pendant les trois premières années de la Révolution française (500 périodiques en France dont 330 à Paris). La presse libre ou subventionnée s’autocensure sous la Terreur et disparaît lors du coup d’État du 18 fructidor an V en 1797

Sous le Consulat et le Premier Empire, cette liberté est étouffée. Ainsi en 1811, quatre journaux surveillés paraissent à Paris tandis qu’en province, un seul journal est autorisé par département. Elle connaît une fluctuation sous la Restauration (charte constitutionnelle du 4 juin 1814, lois de Serre de 1819) et est rétablie lors des Trois Glorieuses. Sous la monarchie de Juillet, le Ministre de l’Intérieur Adolphe Thiersprépare les lois promulguées en septembre 1835 et qui censurent la presse pour limiter la propagande républicaine. La Loi sur la presse du 9 septembre 1835, considérée par les historiens comme une atteinte importante à la Liberté de la presse, vise à empêcher les discussions sur le roi, la dynastie, la monarchie constitutionnelle. Sont désormais passibles de très lourdes peines l’adhésion publique à toute autre forme de gouvernement, et le cautionnement exigé des gérants de journaux et écrits périodiques est fixé à un niveau très élevé.

Sous la Seconde République, les lois du 11 août 1848, du 27 juillet 1849 et du 16 juillet 1850 réduisent la liberté de la presse. La presse reste sous étroite surveillance sous le Second Empire.

Pendant le XIXe siècle, il y une alternance de périodes de censure et périodes plus libérales..

En France:

  • 1815 – Restauration : Contrôle sévère
  • 1830 – Monarchie de Juillet : Plus grande liberté
  • 1848 – IIème République : Régime de liberté

1851 – Coup d’Etat de Napoléon III : Rétablissement d’une censure modérée

À la déclaration de la guerre, rétablissement de la censure préventive. Elle est levée en 1919.

En août 1939, le gouvernement Daladier interdit les publications communistes et rétablit la censure. La défaite de juin 1940 soumet ensuite la presse à la censure et à la propagande de l’occupant et du régime de Vichy.

En 1944, Ordonnances du gouvernement provisoire du 26 août « sur l’organisation de la presse française » et du 30 septembre « portant réglementation provisoire de la presse périodique en territoire métropolitain libéré » : les journaux ayant paru sous contrôle allemand sont interdits de reparution, leurs biens saisis et attribués aux journaux issus de la Résistance. L’ordonnance du 26 août interdit également les concentrations d’organes de presse.
La branche information de l’Agence Havas devient l’Agence France Presse.

En 1984, Loi n° 84-937 du 23 octobre 1984 visant à limiter la concentration et à assurer la transparence financière et le pluralisme des entreprises de presse. Elle a pour cible le groupe Hersant, qui a contourné l’ordonnance de 1944 sur les concentrations.

En 1996, Loi n° 86-1210 du 27 novembre 1986 portant réforme du régime juridique de la presse. Elle limite fortement l’effet de la loi de 1984.

En 2002, émergence dans plusieurs grandes villes de France de journaux d’information gratuite.

Mesure anti-censure autre que juridique :

D’autre mesure on été mise en place comme le site Wikileaks cité plus haut entièrement protégé et dit inviolable ,il utilise des moyens pour protégé les informations (Ceux des contributeurs) avec des logiciels comme Tor ou Tails c’est ainsi qu’ils peuvent publier des informations sensibles que le gourvernement ou d’autres institutions préférait garder secret, confidentiel.

Wikipédia, à également dans une large mesure facilité l’échange d’information, un projet d’encyclopédie universelle, multilingue, créé par Jimmy Wales et Larry Sangerle 15 janvier 2001 en wiki sous le nom de domaine wikipedia.org. Les versions des différentes langues utilisent le même logiciel de publication, MediaWiki, et ont la même apparence, mais elles comportent des variations dans leurs contenus, leurs structures et leurs modalités d’édition et de gestion. L’encyclopédie a conçu un système d’intelligence collective en réseau même si évidement on ne pas s’y fié à 100% à tout les coups. La fiabilité et la précision de Wikipédia sont des questions débattues. Ces critiques portent essentiellement sur sa sensibilité au vandalisme et à l’ajout de fausses informations, bien que des travaux aient suggéré que le vandalisme est généralement de courte durée.

Publicités